Disponibilités en Juillet

Disponibilités en Août

Camping Les Sables Blancs à Concarneau - Locations camping dans le Finistère sud 

Tél : 02 98 97 16 44

Retour à la liste

Quimper

RÉSERVER
Camping Les Sables BlancsCamping Les Sables BlancsCamping Les Sables BlancsCamping Les Sables Blancs
prècèdente suivante

Quimper c'est la Cathédrale gothique, les remparts, d'importants musées, les vieux quartiers animés, l'animation d'une ville de commerces et de marchés et nombreux festivals à l'année.

A quinze km de la mer et des plus belles plages du Finistère Sud, thalasso, golfs, voile, surf, pêche, ports de plaisance...

Histoire:
Située sur la rivière de l'Odet, au fond d'une ria d'une vingtaine de kilomètres, Quimper a toujours été un site abrité et un lieu de passage. Dès la conquête romaine, s'implante au bord de L'Odet, un peu en aval du site actuel de la ville, un petit centre urbanisé autour d'un port ouvert jusqu'au monde méditerranéen. Cette activité deviendra une des constantes de la ville jusqu'au milieu du vingtième siècle.

En savoir plus sur le patrimoine historique


La Cathédrale Saint-Corentin, un joyau de l'Art Gothique Breton:
C'est en 1239 que Raynaud décide de construire la cathédrale actuelle en s'appuyant sur les fondations d'une ancienne cathédrale romane.

A partir des années 1850, l'architecte quimpérois Joseph Bigot entreprend la restauration de l'édifice, principalement la mise en place d'un nouveau mobilier, du décor des chapelles et la commande de nouveaux vitraux détruits lors de la Révolution Française.

Sa réalisation la plus spectaculaire reste l'achèvement des deux tours avec la construction des flèches entre 1854 et 1856 financée par les quimpérois.

A partir de 1989, une campagne de restauration est mise en ouvre. Achevée en décembre 1999, sa restauration est une véritable révélation de l'aspect d'une cathédrale à la fin du XV° siècle : restitution des polychromies intérieures avec réapparition des nervures traitées en ocre jaune et ocre rouge et chaulage général des parements.

C'est une position opposée à celle du XIX° siècle qui avait imposé à la cathédrale une mise à nu austère assez éloignée de la volonté des premiers bâtisseurs.